instagram © 2012 p_lombaert. All rights reserved.

Instagram vend tranquiloute ? Oui mais…

Un petit billet au sujet de LA big news du jour concernant Instagram : à partir du 16 janvier 2013, Instagram pourra vendre les photos de ses utilisateurs sans les prévenir et sans les rémunérer. Tout le monde crie au scandale !

Pourquoi ? Comment ? Pour le pourquoi, cela s’explique tout simplement par la volonté de son acheteur, Facebook, de rentabiliser son investissement (qui lui a coûté presque un milliard de dollars il y a quelques mois). Volonté exprimée il y a à peine une semaine par la  vice-présidente marketing du groupe, Carolyn Everson, lorsqu’elle annonçait que « de nombreuses marques utilisent déjà Instagram afin d’essayer de déterminer la manière d’être en contact avec leurs abonnés. Nous trouverons très certainement une stratégie de monétisation. Je ne peux dire quand, mais cela se fera ». Et bien ça n’aura pas trainé !
Comment ? Tout simplement en modifiant leurs conditions générales d’utilisation qui entreront en vigueur le 16 janvier prochain via l’article 1 de la partie « Rights » :
« Instagram does not claim ownership of any Content that you post on or through the Service. Instead, you hereby grant to Instagram a non-exclusive, fully paid and royalty-free, transferable, sub-licensable, worldwide license to use the Content that you post on or through the Service, except that you can control who can view certain of your Content and activities on the Service as described in the Service’s Privacy Policy.« 

Concrètement, cela signifie qu’Instagram pourra désormais commercialiser les photos de ses utilisateurs sans les rémunérer et sans même les prévenir. Les utilisateurs restent bien propriétaires de leurs photos (notez au passage que le contraire serait illégal) mais ils cèdent leur droit de diffusion. Ceux qui continueront d’utiliser l’application le feront en connaissance de cause.
Fin juillet, Instagram revendiquait plus de 80 millions d’utilisateurs et 4 milliards de photos. Mi janvier, il deviendra donc de facto la plus grosse banque d’images en ligne. Juteux pour Facebook…

Les gens crient au scandale et quelque part, ils ont raison. Mais ce qui me fait marrer, ce sont les photographes qui le font alors que dans le même temps, ils diffusent leurs photos sur… Facebook.
Et oui, car au fond, ces conditions ne sont pas si différentes que cela du groupe mère : en postant des images sur Facebook, on accepte de céder ses droits de diffusion. Un minimum de cohérence de la part des râleurs photographes serait donc appréciable.

Et puis dans les faits, cela ne changera rien pour les utilisateurs actuels de l’application : soyons honnêtes, les photos partagées sur ce réseaux social, même par les photographes, n’étaient pas destinées à être vendues. J’irais même plus loin en disant que 90% des gens seraient ravis et flattés de voir une de leurs images utilisées pour une campagne de pub, à l’image de tous ces amateurs qui laissent gratuitement les magazines publier leurs photos…
Non, les seuls qui seront finalement lésés par cette exploitation, ce sont les photographes professionnels, qui verront une nouvelle banque d’images émerger… Une énième…

Bref, beaucoup de bruit pour pas grand chose.

Un commentaire

  1. p_lombaert

    Deux semaines et demi plus tard, et malgré leur mea culpa, Instagram a perdu 25% de ses utilisateurs quotidiens (12,4 millions contre 16,4 avant l’incident) et Facebook a vu chuter son action de 2,5%… Instagram ou « comment se tirer une balle dans le pied ».

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera publiée.
Required fields are marked:*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>